Page d'accueil ÉCOUTE la TERRE

CROP CIRCLES

La saison 2012 en Angleterre
(et aux Pays-Bas)

Cercles sur la glace aux Pays-Bas

Cercles sur la glace aux Pays-Bas - 9 février 2012
Photo © Marvin Willemsen

La saison a débuté en février aux Pays-Bas par de très beaux cercles parfaitement dessinés sur une étendue d'eau recouverte d'une pellicule de glace et de neige (photo 1). Plusieurs formations circulaires sont ainsi rapportées tous les hivers dans les pays nordiques, soit sur des champs de neige soit sur des lacs ou même des cours d'eau gelés en surface. Est-il nécessaire de préciser que, au vu de la faible épaisseur de glace, il n'est pas concevable que ces cercles aient été dessinés par l'homme ?

Cette forme géométrique pure est à rapprocher de la forme circulaire que prenaient tous les agroglyphes jusqu'aux années 1980. Ces cercles et les mêmes conditions mystérieuses dans lesquelles ils sont formés sont une indication qu'ils ont la même origine : ce sont des esprits de la nature qui se manifestent là.

On peut remarquer un clin d'œil de leur part sur cette photo, au fait qu'ils ont réalisé les cercles tout près d'un parterre aménagé par l'homme selon une forme circulaire de même dimension.

Un drôle de ver de terre

Boreham Woods, Wiltshire - 5 juillet 2012
Photo © Lucy Pringle

L'humour a été présent cette année dans plusieurs formations en Angleterre, par exemple dans cette espèce de ver de terre qui sort de son trou, affublé d'une drôle de tête avec deux antennes et une expression rigolarde (photo 2). Ce motif sort totalement de l'ordinaire et fait irrésistiblement penser à une plaisanterie, mais il semble pourtant authentique. Il a été remarqué qu'il ressemble beaucoup à un dessin peint sur le véhicule d'un passionné de crop circles de la région.

Des caricatures de têtes d'extraterrestres

Fox Hill, Wiltshire - 25 juillet 2012
Photo © Lucy Pringle

L'humour est aussi évident dans la caricature de tête d'extraterrestre représentée à Fox Hill (photo 3). Là aussi la supercherie est suspectée, mais la formation semble pourtant authentique, d'autant que ce n'est pas la première fois que ce motif est représenté dans les champs.

En 2011, une caricature identique a été dessinée à deux reprises en des lieux différents. Dans la deuxième représentation, le comble de l'ironie a été atteint en affublant la tête non seulement d'une espèce de diadème, comme si le cerveau était en effervescence, mais aussi d'une pipe (allumée) (photo 4). La façon dont les tiges de blé ont été couchées montre que ce dessin n'a pas pu être réalisé par les hommes.

Cherhill White horse, Wiltshire - 27 juillet 2011
Photo © Lucy Pringle

Ces motifs s'éloignent résolument de la géométrie sacrée qui était depuis les années 1990 la caractéristique des agroglyphes, et sont très surprenants à première vue. Ces têtes au menton pointu, avec de grands yeux en amande, sont tout à fait caricaturales et semblables à l'image que les humains se font des extraterrestres, sous l'influence du cinéma. Ces motifs imposent le rapprochement avec la croyance encore dominante aujourd'hui, selon laquelle les agroglyphes seraient réalisés par des êtres d'origine extraterrestre, et les esprits naïfs pourraient voir là une preuve de la validité de cette hypothèse.

En réalité, cette hypothèse est liée à l'ignorance de l'existence des êtres élémentaires et de leur tendance à se comporter vis à vis des humains. Ces représentations expriment de l'ironie de la part de leurs auteurs ; on peut même y voir de la moquerie envers les hommes, qui sont tellement ignorants du monde dans lequel ils vivent. Or les personnes clairvoyantes (Rudolf Steiner par exemple) décrivent les êtres de la nature comme des esprits espiègles, qui ne se privent pas de jouer de bons tours aux hommes de temps en temps et ne sont pas toujours bienveillants. Ils sont en bien des domaines plus intelligents qu'eux, ils ont un savoir très étendu, et l'on peut comprendre alors qu'ils soient tentés de se moquer parfois de l'ignorance et de la naïveté des hommes, qui ne comprennent pas la nature des signes qu'ils nous envoient.

Ce type de caricature grossière est donc tout à fait en accord avec l'origine des agroglyphes par les esprits de la nature, mais la difficulté est que les hommes ne connaissent pas ces êtres élémentaires.

La molécule de la vitamine A

Four Mile Clump, Wiltshire - 29 juillet 2012
Photo © Graham M. Lawson

La molécule de la vitamine A a été représentée dans un champ de lin, transformé de façon spectaculaire par la couleur rouge de coquelicots en fleurs (photo 5). Là encore, les auteurs ont quitté résolument le domaine de la géométrie sacrée, pour entrer cette fois dans le domaine tout à fait « sérieux » des connaissances scientifiques. Ce n'est pas la première fois qu'une structure moléculaire est ainsi représentée. En 2011 par exemple, c'est la représentation dans le plan d'une molécule de mélatonine qui avait dessinée. Il est facile de vérifier que les atomes de carbone, d'oxygène et d'hydrogène sont bien différenciés et parfaitement placés, en accord avec nos connaissances de chimie.

Par ce type de réalisation, les auteurs ont voulu nous montrer leurs connaissances profondes de la structure de la matière, en chimie moléculaire en particulier, en représentant ces molécules complexes. Et ces connaissances sont tout à fait en accord avec les capacités des esprits de la nature, selon Rudolf Steiner : ils manifestent en effet un savoir très étendu, et ils ont la capacité d'agir sur la matière pour nous le montrer.

Il faut ajouter que la molécule A est très présente dans le pigment rouge des fleurs de coquelicot, sous forme de béta-carotène. Le fait qu'elle ait été représentée dans un champ de coquelicots ne peut pas être le fait du hasard, et montre que les auteurs ont aussi cette connaissance.

Une complexité toujours croissante

Plusieurs dessins font état d'une complexité toujours croissante d'année en année, non seulement dans la finesse et l'harmonie du motif dessiné (photo 6), mais aussi dans les méthodes de couchage des tiges, avec une restitution de l'effet de 3ème dimension (photo 7).

Etchilhampton, Wiltshire - 28 juillet 2012
Photo © Lucy Pringle
Kackpen Hill, Wiltshire - 26 août 2012
Photo © Lucy Pringle

Il n'y a plus de cercles dans certains « crop circles » !

Alors que la grande majorité des motifs, même complexes, sont encore construits sur la base du cercle ou d'arcs de cercles, on peut remarquer que dans certaines formations, le motif choisi ne s'appuie sur aucune forme circulaire (photo 8).

Devil's Den, Wiltshire - 12 août 2012
Photo © Lucy Pringle
Stanton St Bernard, Wiltshire - 20 juillet 2012
Photo © Lucy Pringle

Le nombre de réalisations est stable

Le nombre de réalisations répertoriées en Angleterre est stable par rapport aux années précédentes, avec une soixantaine de formations authentiques, dont plusieurs ont été réalisées en deux ou même trois fois, les apports étant parfois ajoutés avec des styles différents, comme ici à Stanton St Bernard (photo 9).

© 2010-2017 - Écoute la Terre