Page d'accueil ÉCOUTE la TERRE

CROP CIRCLES

La saison 2016 en Angleterre

Stabilisation globale du nombre d'agroglyphes

Alors que le nombre d'agroglyphes a légèrement augmenté en Angleterre (une quarantaine au lieu d'une trentaine en 2015), le nombre de réalisations signalées dans le monde a diminué (53 au lieu d'une soixantaine en 2015). Rappelons que ces nombres ne représentent pas forcément le nombre réel de formations de la saison, mais seulement le nombre de formations signalées aux gérants du site Crop Circle Connector.

Dans le Wiltshire, la 1re formation est apparue le 6 mai (dans un champ de colza), et la dernière le 24 août (dans un champ de blé).

Une nouvelle représentation de la fleur de vie

C'est un motif caractéristique de la géométrie sacrée (photos 1 et 2). Sous sa forme traditionnelle la plus courante, la fleur de vie contient 19 cercles imbriqués, le centre de chaque cercle étant situé sur la périphérie des cercles voisins (avec le symbole du vesica piscis, formé par l'intersection de deux cercles voisins). Cette formation se distingue par le fait que 9 cercles ont été ici dessinés.

Même s'il y a eu quelques belles réalisations, aucune réelle nouveauté n'a marqué la saison 2016, si ce n'est…

Popham, près de Basingstoke (Hampshire) - 28 juin 2016
Photo © Lucy Pringle
Symbole de la fleur de vie

Une réalisation exceptionnelle… d'origine humaine !

Ansty (Wiltshire) - 12 août 2016
Photo © Lucy Pringle

L'enseignement principal de la saison 2016 des agroglyphes est peut-être qu'il est devenu impossible, au vu des photos aériennes seulement, de distinguer les formations authentiques (non-humaines) de celles qui sont faites par des hommes. Les circlemakers ont affiné leurs techniques et les formations d'origine humaine peuvent être désormais très élaborées et très complexes.

Celle découverte le 12 août 2016 (photo 3) dans le petit village d'Ansty (Wiltshire) en est une belle illustration. C'est une formation magnifique et de grande dimension (110 m de diamètre). Elle a surpris tous les observateurs par sa complexité et la finesse de ses motifs, et il est difficile de penser, à première vue, qu'elle puisse être réalisée par des hommes. Les motifs sont de nature géométrique pour la partie intérieure, avec une nouveauté sur la périphérie : une série de caractères inédits, qui font inévitablement penser à un alphabet inconnu.

Or à la réflexion, ces pseudo-caractères paraissent très suspects pour plusieurs raisons :

  • dans les années passées, tous les motifs ressemblant à des caractères alphabétiques inscrits dans des agroglyphes se sont révélés être soit des supercheries humaines soit des moqueries dénuées de sens de la part des êtres de la nature :
  • Il s'est avéré que l'ensemble du dessin à Ansty est très similaire au logo d'une petite société américaine appelée « Mothership Glass » (photo 4) qui conçoit et commercialise des objets en verre décorés ! Les lettres qui composent le nom de MOTHERSHIP, sur la périphérie du logo, ont été remplacées dans le glyphe par ces signes énigmatiques (photo 5). C'est bien la première fois qu'un motif d'agroglyphe ressemble ainsi à une publicité déguisée !
  • Logo de la société « Mothership Glass »
    Agroglyphe d'Ansty, avec la correspondance entre signes et lettres
  • Or une enquête de Colin Andrews, le pionnier très respecté des chercheurs sur les crop circles en Angleterre, a conclu que cette formation a été réalisée en trois jours par une équipe d'artistes circlemakers qu'il connaît. Voir ici son rapport d'enquête.
  • Une autre enquête a été réalisée par Linda Moulton Howe, célèbre journaliste d'investigation américaine, spécialisée dans l'étude des phénomènes de type ovnis, crop circles et mutilations animales.

Elle a pu constater que tous les signes représentés (en double) sur la périphérie du dessin d'Ansty et qui correspondent au mot MOTHERSHIP ont été retrouvés, à l'identique, gravés sur des objets en verre fabriqués par la société américaine « Mothership Glass » et présentés au public en juillet 2016. On peut vérifier sur le glyphe que les signes correspondant aux quatre lettres H sont en effet semblables.

Ajoutée à la grande similarité entre le dessin d'Ansty et le logo de cette société, cette observation révèle un lien réel entre l'agroglyphe et la société américaine, et donc la très grande probabilité que le glyphe ait été réalisé par des hommes.

Il se trouve que cet agroglyphe a été découvert dans une ferme qui, les années précédentes, avait réalisé chaque été des labyrinthes dans des champs de blé, à des fins publicitaires.

D'après l'enquête réalisée sur le terrain par un collaborateur anglais de Linda Moulton Howe, qui a pu interroger des habitants du village, l'agroglyphe a été réalisé par une équipe de huit personnes, pendant le mois de juillet jusqu'à début août. Un habitant a déclaré que, dans un premier temps, huit personnes avaient travaillé pendant trois nuits à l'aide de lampes frontales, de torches fixées sur des perches et de lasers. Puis dans les deux semaines suivantes, ils ont travaillé de jour, par équipes de deux ou trois.

Les liserons qui ont poussé sur les blés couchés indiquent que la création du glyphe date déjà de plus d'une semaine
Photo © Jane Barford

Indice significatif : sur des photos prises peu après que la formation ait été signalée (le 12 août), on peut voir des mauvaises herbes qui ont poussé sur les blés couchés au sol (photo 6). Cet indice montre que ces blés étaient couchés depuis déjà un certain temps au moment de la prise de vue !

  • Selon toute vraisemblance, il apparait que la réalisation de cet agroglyphe a été payée par la société Mothership Glass, à des fins publicitaires. Mais peu de gens ont eu connaissance de ces enquêtes, de sorte que cette affaire a ajouté encore davantage de confusion sur ce sujet qui est déjà très peu et très mal compris par la plupart des gens.
  • Il apparait aussi que les moyens mis en œuvre par les « circlemakers » (les faiseurs de cercles) ont beaucoup évolué ces dernières années. Leurs outils ne se limitent plus à de simples planches ou rouleaux pour plier et aplatir les plantes au sol. En conséquence, il est devenu très difficile de distinguer les vrais agroglyphes (ceux qui sont authentiques) des faux (ceux d'origine humaine).

On peut se demander si cette insistance à semer le doute et la confusion au sujet des agroglyphes, de la part des circlemakers, pour faire croire qu'ils sont tous créés par des hommes, ne constitue pas l'une des raisons pour lesquelles le nombre d'agroglyphes a fortement diminué depuis 2013, par rapport aux années précédentes.

Il faut garder à l'esprit cependant que les « vrais » agroglyphes existent bel et bien, pour de multiples raisons qui ont été largement développées. Il faut aussi prendre conscience que, si le glyphe d'Ansty a été réalisé en deux semaines environ par une équipe de huit hommes, tous les glyphes authentiques sont réalisés en quelques secondes (selon les nombreux témoins oculaires directs).

Une nouvelle représentation d'ET !

Encore une autre réalisation qui sème la confusion, mais cette fois est non-humaine et donc authentique. Une caricature de visage d'extraterrestre (photo 7), tel qu'il est représenté dans les médias, a été découverte dans un champ à Reigate Hill, dans le Surrey, le 19 juillet 2016. Il est intéressant de remarquer que cette formation a été réalisée dans la banlieue de Londres et non pas dans le Wiltshire comme la majorité des autres.

Reigate Hill (Surrey) - 19 juillet 2016
Photo © Mat Stainton

Ce n'est pas la première fois qu'une caricature d'ET est représentée sous forme d'agroglyphe, loin s'en faut. Les représentations précédentes (photo 8), quoique surprenantes, étaient également authentiques. On peut reconnaitre là le trait moqueur des êtres de la nature, qui voient bien que, après tant d'années, les œuvres d'art paysager par lesquelles ils essaient d'interpeller les hommes ne sont toujours pas comprises par eux. Les hommes continuent de croire en effet à l'hypothèse extraterrestre, sans se poser plus de questions. Alors ils sont tentés de se moquer d'eux… en dessinant justement ce qu'ils ont envie de voir.

Récapitulatif des principales représentations de visages d'ET des années passées

© 2010-2017 - Écoute la Terre